Anti-âge, Muscles • Articulations

Combattre l’arthrose : ne plus souffrir et retrouver la mobilité

homme_combattre_l’arthrose

Les articulations, véritables charnières entre les os qui permettent les mouvements, sont composées de nombreux éléments : cartilage  articulaire, membrane synoviale, ligament, extrémités osseuses…Les altérations des articulations dues au vieillissement provoquent douleurs, inflammations, arthrose, polyarthrite rhumatoïde.

Pour soulager l’arthrose et retrouver la liberté de mouvement, il existe une «molécule miracle» : la glucosamine.

Il n’est pas trop tard pour combattre l’arthrose !

Si vous ressentez des douleurs aux genoux en montant ou en descendant un escalier. Si vos hanches sont rouillées le matin en vous levant. Si vous avez du mal à vous relever quand vous êtes assis dans un fauteuil. Si vous ne pouvez plus vous accroupir sans douleur. Si votre dos vous fait souffrir, même la nuit quand vous êtes couché. Si votre nuque est raide. Si vos cervicales craquent en tournant la tête. Si vous avez des difficultés à marcher. Si vous avez même du mal à vous tenir debout. Si vous devez prendre de la cortisone et de d’aspirine. Si vous ne pouvez plus supporter votre traitement. Si on parle de vous opérer. Si ces problèmes durent depuis des années et s’aggravent ces derniers temps … Il n’est pas trop tard pour combattre l’arthrose et soulager la douleur mais faites vite !

L’arthrose est une maladie dégénérative

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) donne cette définition : « L’arthrose est due à des phénomènes mécaniques et biologiques qui entraînent la dégradation des cartilages articulaires et des os avoisinants. L’arthrose provoque une fissuration des cartilages et une atteinte des os. A un stade évolué, elle entraîne des douleurs, une inflammation, une raideur, une perte de mobilité. »

Les 4 stades d’évolution de l’arthrose

1er stade : les cartilages commencent à se fissurer. Une gêne apparaît pour effectuer certains mouvements.

2e stade : les fissures du cartilage se sont élargies. L’interligne articulaire s’est amenuisé. L’articulation devient raide. Une douleur se manifeste quand on sollicite l’articulation.

3e stade : les cartilages fissurés ont fini par partir en morceaux. Les débris de cartilage irritent la membrane synoviale, provoquant une inflammation. L’articulation est chaude, elle gonfle. A certains endroits, les cartilages ont disparu, et les os qu’ils sont chargés de séparer sont mis en contact, ce qui est très douloureux. De plus, les os se fissurent à leur tour. Le dérouillage matinal est pénible. Certains gestes élémentaires de la vie quotidienne deviennent difficiles.

4e stade : l’aggravation de l’altération des os provoquée par leur mise en contact faute de cartilages entraîne des douleurs qui deviennent insupportables. Des géodes apparaissent (trous dans les os). Dans les espaces vidés de tout cartilage des ostéophytes se sont formés, excroissances osseuses (becs de perroquet) qui irritent les nerfs, accentuant davantage encore la douleur.

L’inflammation s’est accrue, devenant une fluxion articulaire. La douleur aiguë est ininterrompue, jour et nuit, même quand l’articulation est au repos dans le lit. Pour ne pas souffrir, on mobilise le moins possible l’articulation touchée. Cela devient invalidant, un véritable handicap dans la vie de tous les jours. L’opération est envisagée, mais elle comporte des risques.

Evitez les risques de l’opération !

Les prothèses de hanche ou de genou sont des opérations très au point, aussi bien l’acte chirurgical en lui-même que les matériaux utilisés, mais cela comporte des risques :

  • Risques habituels de toute anesthésie générale, plus graves chez une personne âgée.
  • Risques d’embolie pulmonaire par migration d’un caillot sanguin.
  • Risques de phlébite pour la même raison. Risques de descellement de la prothèse, de luxation.
  • Risques infectieux : l’opération concernant le tissu osseux, le risque d’infection nosocomiale par un germe pathogène (staphylocoque doré) est important malgré toutes les précautions prises dans le bloc opératoire en milieu hospitalier. Or ces infections nosocomiales sont graves, potentiellement mortelles. Ne prenez pas de risques. Évitez l’opération tant qu’il est encore temps !

Glucosamine : la molécule miracle

Un livre sur la glucosamine écrit par un rhumatologue américain s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires. Son titre traduit en français se passe de commentaires : « La molécule miracle ». Glucosamine est une contraction de deux mots : Glucose et Amine.

Pour répondre à ses besoins normaux, l’organisme humain élabore lui-même cette glucosamine en puisant dans les aliments du glucose et une amine (acide aminé protéique).

molecule_miracle
atom_zoom

Mais quand on a de l’arthrose, nos besoins en glucosamine augmentent énormément. Alors notre propre production (quelques milligrammes par jour) est très insuffisante. Nous devons prendre de la glucosamine supplémentaire dans un complément alimentaire naturel. La meilleure source naturelle de glucosamine est la carapace d’un crabe géant des mers froides : le Crabe Royal (Paralithodes camchaticus). Cette carapace contient un élément qui s’appelle la chitine. On extrait la molécule de glucosamine de cette chitine. Une fois assimilée, elle rejoint le foie qui la redistribue vers les articulations arthrosiques qui en sont assoiffées.

La glucosamine pour des articulations régénérées

La fissuration puis l’émiettement progressif des cartilages provoque l’arthrose. Or la glucosamine a pour fonction de permettre aux chondrocytes articulaires d’élaborer à nouveau en quantité du collagène et de l’élastine constituant l’armature de ces cartilages. C’est le collagène, de structure fibreuse, qui donne aux cartilages leur capacité de résistance, de souplesse, de flexibilité et de traction. Et c’est l’élastine, substance d’ancrage, qui permet l’adhésion entre les constituants cartilagineux.

La glucosamine stimule également la synthèse des glycosaminoglycanes formant un gel qui remplit l’espace entre le collagène et l’élastine afin d’assurer la cohésion des cartilages, leur résistance, leur solidité. Si ce gel de glycosaminoglycanes vient à manquer, ce qui est le cas dans les problèmes d’arthrose, l’armature des cartilages se désagrège littéralement. Et la dégénérescence du cartilage est une catastrophe. La seule façon d’inverser cette érosion est de nourrir les articulations avec de la glucosamine : les cartilages sont régénérés, solidifiés.

La lubrification naturelle des articulations

Parmi ces glycosaminoglycanes, il y a l’acide hyaluronique qui agit comme un véritable lubrifiant dans la capsule articulaire. Cet acide hyaluronique est une substance visqueuse, telle de l’huile, élaborée par la membrane synoviale grâce à la stimulation de la glucosamine. Ce lubrifiant confère à la mécanique articulaire une certaine élasticité. C’est cette élasticité qui rend possible la fonction d’amortissement des cartilages. Pour bien fonctionner, le moteur d’une automobile a besoin d’huile. Pour bien fonctionner, l’articulation a besoin du lubrifiant qu’est l’acide hyaluronique.

Le traitement de référence de l’arthrose

Le dernier Congrès de l’American College of Rheumatology qui s’est tenu à San Diego, aux Etats-Unis, a révélé les résultats étonnants d’une importante étude clinique réalisée pendant 6 mois auprès de 16 centres hospitaliers universitaires américains. Cette étude a concerné 3 238 patients, hommes et femmes souffrant d’arthrose ayant 59 ans de moyenne d’âge. Leur degré de douleur fut évalué par le formulaire WOMAC (Western Ontario Master University Osteoarthritis Index).

jogging_arthrose

 Les patients furent répartis en deux groupes : un groupe reçut un traitement médicamenteux classique (anti-inflammatoire et antalgique) et un groupe reçut uniquement de la glucosamine deux fois par jour, au lever et au coucher, sous forme de gélules. Le résultat fut tout à l’honneur de la glucosamine : l’amélioration au traitement médicamenteux fut de 51% et celle due à la glucosamine de 89,2%. La conclusion de l’étude fut : « La glucosamine devrait être, dans l’avenir, le traitement de référence de l’arthrose. »

Conseils de prévention de l’arthrose

Pour des articulations en bonne santé, rien n’égale l’activité physique régulière. Plus vous bougez, plus le cartilage est lubrifié. Le mouvement fait pénétrer les nutriments du liquide synovial dans le tissu articulaire qui conserve ainsi élasticité et souplesse. Choisissez des activités qui ne surmènent pas les articulations comme le vélo, la natation, l’aquagym et la marche à pied.

Pour prévenir l’arthrose du genou ou l’arthrose de hanche, il faut éviter le surpoids. Pour cela, prenez l’habitude de suivre une alimentation équilibrée, en limitant les aliments gras et le sucre. Dernière mesure de prévention de l’arthrose, ne fumez pas. En effet, la consommation de nicotine perturberait l’apport en nutriments du cartilage.

Mes recommandations...

Sur le même thème...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *